LM100 | Sam Samore

 

L’écrivain et photographe Sam Samore a développé un intérêt pour les contes de fées lorsqu’il était enfant. « Mon père et ma mère me racontaient beaucoup d’histoires » déclare-t-il ainsi. Son travail en tant que photographe et écrivain lui demande d’analyser l’expérience du conscient et du subconscient, expériences qui, comme Samore se plaît à le dire, « peuvent être liées à l’amour, à la mort ou à la beauté ». Utilisant une technique appelée « cinémascope », Samore relate des récits fracturés, poétiques qui nous entraînent bien souvent à repenser notre façon de percevoir les contes de fées.

Concevant les contes de fées comme une expérience partagée, Sam Samore est convaincu qu’il existe une connexion créative entre le lecteur ou le spectateur et le narrateur. « Je m’intéresse à une sorte d’aliénation que nous vivons les uns par rapport aux autres de telle façon que nous ne disons pas vraiment ce que nous pensons les uns des autres et que nous vivons le monde comme quelque chose de bien distinct les uns par rapport aux autres », explique-t-il. Cette connexion se produit à un niveau conceptuel, mais il s’agit d’une connexion qui est renforcée par la technique de Sam Samore. C’est ce qu’il exprime en ces termes : « J’utilise le grain des images comme une texture, une sorte de superposition et d’abstraction. De cette façon, vous ne voyez pas seulement une image, vous ressentez également quelque chose de palpable. »

Dans le cadre de sa contribution au LM100, Sam Samore aide à identifier et commenter les récits inhérents à l’expérience des hôtes, aussi bien en participant aux histoires incluses dans le recueil « 50 Beans » (50 Grains) de l’enseigne Le Méridien qu’en jouant un rôle en tant qu’artiste pour plusieurs clés de la collection « UNLOCK ARTSM ».