The Westin St. Francis San Francisco on Union Square

  • 335 Powell Street
  • San Francisco,
  • Californie
  • 94102
  • États-Unis
  • Carte

Chambres et tarifs

Fermer

Enfants/chambre

Ces informations nous permettent de trouver les chambres qui correspondent le mieux aux exigences de votre réception et de préparer votre arrivée.

Reportez-vous aux conditions et détails des chambres pour plus d'informations concernant les frais applicables pour les lits d'appoint et les personnes supplémentaires.

Politique relative à l’âge requis

Les hôtes doivent avoir au moins 21 ans et présenter une pièce d’identité avec photo pour réserver une chambre.

Photo ancienne – Lobby Phoenix en 1907

Photo ancienne – Lobby Phoenix en 1907

The Westin St. Francis San Francisco on Union Square
Un passé pittoresque

Le Paris de l'Ouest américain
Au début du siècle, les tuteurs de la famille Charles Crocker ont fait part de leur projet de construire l’hôtel le plus raffiné de la côte pacifique. Leur objectif était de faire de San Francisco le « Paris de l’Ouest américain ». Après avoir étudié les hôtels les plus prestigieux d’Europe (de Berlin, Vienne et Monaco, au Claridge de Londres et au Ritz de Paris), les travaux de construction de l’hôtel St. Francis commencèrent. Deux ans et quelques 2,5 millions de dollars plus tard, le 21 mars 1904, le St. Francis ouvrait ses portes. A 19h00 ce soir-là, une file de voitures et d’automobiles s’était formée sur trois pâtés de maisons et attendait de pouvoir apercevoir les tours illuminées du St. Francis. L’hôtel est devenu tellement fréquenté que six mois plus tard, les propriétaires ont annoncé l’ajout d’une troisième aile, de deux étages d’appartements et d’une salle de bal. L’hôtel était devenu le pôle d’attraction de la vie sociale, littéraire et culturelle de la ville.

Le lieu de rendez-vous
« Rendez-vous devant l’horloge » continue, près d’un siècle plus tard, à être une phrase populaire utilisée par les mères et leurs filles, les pères et leurs fils, les amis, les amants, les hommes et les femmes du monde entier qui se sont retrouvés sous cette horloge. En réalité, le temps semble s’être arrêté devant l’horloge Magneta, témoin de tant d’événements et de tant d’histoire. Première grande horloge de l’Ouest américain, elle fût installée dans le lobby de Powell Street de l’hôtel après le tremblement de terre et l’incendie de 1906, et symbolise aujourd’hui la longévité de l’hôtel.

Une légende qui perdure
Après le tremblement de terre de 1906 qui s’est déclenché vers 5 heures du matin, la structure du St. Francis est initialement restée stable. Le chef Victor Hirtzler et son équipe ont nettoyé les cuisines pour servir le petit déjeuner dans le café au ténor Enrico Caruso et aux autres membres de la Metropolitan Opera Company qui avaient dû quitter leur hôtel encore en pyjamas pour se mettre en sûreté à Union Square. Le jeune acteur John Barrymore qui, fidèle à lui-même, avait passé la nuit dans les clubs et les bars de la ville, est remonté dans sa chambre et s’est rendormi jusqu’à ce que son réveil ne sonne. Bien que l’hôtel ne fût que très légèrement endommagé par le tremblement de terre, l’incendie qui s’ensuivit fût quant à lui dévastateur. A la surprise de tout le monde, les secouristes ont retrouvé le fox terrier du sommelier dans la cave de l’hôtel, effrayé mais vivant. Bien entendu, le chien que l’on appela « Francis » est rapidement devenu le symbole de la survie de l’hôtel. A peine 19 mois après l’incendie, le St. Francis a rouvert ses portes, montrant au monde entier que San Francisco avait su triompher de l’adversité.

Un traitement de qualité
Depuis 1938, The Westin St. Francis San Francisco sur Union Square offre à ses hôtes le seul service de nettoyage des pièces en argent au monde. La tradition fût lancée après que le directeur de l’hôtel demanda que les pièces en argent, la monnaie de l’époque, soient nettoyées afin de ne plus salir les gants blancs que les femmes portaient autrefois. Régulièrement, les pièces étaient regroupées, lavées et polies avec une machine de polissage d’argent, puis rincées et séchées sous les lampes chaudes pour être enfin rapportées à la réception. Durant plus de trente ans, Arnold Batliner fût chargé de laver l’argent du St. Francis. On estime qu’il aurait nettoyé près de 17 millions de dollars en pièces. De nos jours, chaque conducteur de taxi et caissier de San Francisco sait que lorsqu’il reçoit une pièce propre comme au sortir de la frappe, elle est sans doute passée par le St. Francis. Il s’agit d’une autre raison pour laquelle cet établissement est exceptionnel.